Navigation – Plan du site

Online Tutoring in the Calculus

Beyond the limit of the limit
Carla van de Sande et Gaea Leinhard
p. 117-155

Résumé

Dans de nombreux pays, des élèves et des étudiants participent à des forums ouverts (c’est-à-dire d’accès libre et gratuit) offrant un tutorat en ligne pour leur travail personnel. Il n’y a eu cependant jusqu’à présent aucune recherche spécifique sur les phénomènes d’apprentissage liés à ce dispositif. Les forums peuvent avoir différentes structures selon les personnes susceptibles d’apporter une réponse (tuteurs) et l’organisation de la modération (publication des questions et des réponses). Dans les sites d’aide spontanée en ligne (SOH), tous les participants peuvent répondre à une question posée ; alors que dans les sites d’aide organisée en ligne (AOH), seuls certains participants sélectionnés peuvent le faire. Dans cet article, nous nous basons notre étude sur trois sites d’aide (deux aux Etats-Unis, un en France), à propos d’un même thème mathématique : l’analyse. Le choix de ces sites reflète les différentes structures possibles. Nous avons recueilli et analysé 100 échanges de tutorat de chaque site, à propos du délicat concept de limite. Nos objectifs étaient de rechercher des caractéristiques de participation, de qualité mathématique et pédagogique, et de comprendre dans quels sens les participants à ces forums peuvent être considérés comme participants à des communautés. Nous avons développé dans cet objectif des outils de mesure de la complexité et de la qualité des échanges, et relevé plusieurs types de caractéristiques permettant de considérer des groupes de participants comme des communautés en ligne. Nous avons remarqué que les sites de type AOH favorisent les échanges brefs à l’intérieur d’un binôme élève-tuteur (complexité faible), alors que les sites SOH (particulièrement ceux qui publient les questions et les réponses dans des délais brefs) encouragent des échanges longs impliquant de multiples participants (complexité élevée). La différence entre le type des sites est plus importante que des différences de nationalité. Il semble également que la qualité et la complexité soient positivement corrélées. Les échanges impliquant peu de participants, avec peu de contributions (faible complexité) montrent souvent peu d’élaboration mathématique et pédagogique (qualité faible). Sur les sites SOH, les membres paraissent développer un plus fort sentiment communautaire : ils réfèrent les uns aux autres par leur nom, collaborent mathématiquement, critiquent et corrigent les fautes, les erreurs les uns des autres. L’un des résultats particulièrement intéressants que nous avons pu observer est que sur les sites SOH, les tuteurs adoptent également une position d’apprenant.
Cette recherche fait partie d’un effort en cours pour comprendre l’impact que le tutorat ouvert en ligne a sur les élèves et les tuteurs et explorer son potentiel pour l’instruction et l’apprentissage.

Haut de page

Notes de la rédaction

N’ayant pas été en mesure de transcrire fidèlement les équations mathématiques continues dans le corps de l’article. Nous invitons le lecteur à consulter l’article dans son format pdf issu de la mise en page « papier ».

Pour citer cet article

Référence papier

Carla van de Sande et Gaea Leinhard, « Online Tutoring in the Calculus », Éducation et didactique, vol 1 - n°2 | 2007, 117-155.

Référence électronique

Carla van de Sande et Gaea Leinhard, « Online Tutoring in the Calculus », Éducation et didactique [En ligne], vol 1 - n°2 | septembre 2007, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://educationdidactique.revues.org/695 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.695

Haut de page

Auteurs

Carla van de Sande

University of Pittsburgh

Gaea Leinhard

University of Pittsburgh

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page