Navigation – Plan du site

Voir la scène scolaire comme un contexte pluriel, selon diverses échelles

See the school scene as a plural context, in various scales
Marie Toullec-Théry
p. 87-93

Résumés

Nous tentons de montrer en quoi didactique et sciences sociales peuvent dialoguer, tout en prenant en compte deux obstacles majeurs à ce rapprochement, que nous retrouvons dans les textes de Go et Losego : la tension entre ce qui tient de l’individuel ou du collectif dans les gestes professoraux, mais aussi le rapport singulier aux savoirs entre les deux champs.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Préambule
Un problème originel : les métiers du didactique valent-ils d'être étudiés ?
Les métiers du didactique se trouvent dès l’origine dépréciés
Une méfiance vis-à-vis des savoirs, un objet transparent
Une renégociation : la scène scolaire vaut-elle d'être étudiée ?
La scène scolaire vue comme une scène politique mue par des savoirs
La scène scolaire vue comme celle qui érige l'expérience en phénomène
La scène scolaire, un contexte spécifique et générique, et donc des échelles d'analyse différentes
Conclusion : des notions candidates au rapprochement entre sociologie et didactique

Aperçu du texte

Préambule

Que signifie le titre de cette journée ? « Didactique(s) : Quel dialogue au sein des sciences de l'homme et de la société ? ». Pourrait-on penser didactique et sciences sociales l'une sans l'autre ? Ne seraient-elles pas intimement, organiquement liées ? Losego écrit, dans ce présent numéro, qu'« au cours des années quatre-vingt, la croyance est forte selon laquelle les sociologues n'ont pas à traiter des savoirs » (p. 69). Si les savoirs ont été d'emblée peu pris en compte, ce lien, ce rapprochement seraient en revanche en cours. Il ne s'agit en effet plus seulement de penser des territoires scindés, mais de déceler des articulations possibles et de définir les objets qui pourraient être communs. Il paraît alors raisonnable et approprié de « voir les savoirs d’abord comme des capacités, étroitement liées à des jeux de langage, [qui] en permettent une description générique, et anthropologique, qu’il faudra bien entendu spécifier » (Sensevy, 2011, p. 61).

Dans un texte de 200...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Toullec-Théry, « Voir la scène scolaire comme un contexte pluriel, selon diverses échelles », Éducation et didactique, 10-3 | 2016, 87-93.

Référence électronique

Marie Toullec-Théry, « Voir la scène scolaire comme un contexte pluriel, selon diverses échelles », Éducation et didactique [En ligne], 10-3 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://educationdidactique.revues.org/2582 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2582

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page