Navigation – Plan du site

Le social et le didactique : distance et rapprochement

Social and didactic: distance and reconciliation
Philippe Losego
p. 67-76

Résumés

Ce texte examine le mouvement qui rapproche sociologues et didacticiens depuis le début des années deux-mille. Aujourd’hui, la sociologie situe majoritairement ses analyses à l’échelle des « sociétés » (mot quasiment tabou dans les années quatre-vingt), ce qui permet de discuter des programmes ou curricula de manière à la fois relativiste et respectueuse des savoirs. Par ailleurs, les didactiques se rapprochent de plus en plus de la sociologie et de l’anthropologie en général, même si c’est pour des raisons différentes. Il faut cependant envisager les malentendus et les difficultés. Il apparaît ainsi que ce que les didactiques appellent parfois « social » est à l’opposé de ce qui fonde la sociologie. Il apparaît aussi que la sociologie de l’éducation, a priori la spécialité la mieux placée pour communiquer avec les didactiques, ne parvient pas à tirer parti des acquis de la sociologie en général.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La sociologie et ses changements de focale
Les didactiques : fermeture puis ouverture
Compatibilités et malentendus conceptuels
Conclusion

Aperçu du texte

La sociologie et ses changements de focale

Avant de se demander comment la sociologie et les didactiques peuvent dialoguer et pourquoi elles n’ont pu le faire jusqu’ici, à quelques exceptions près (Lahire & Johsua, 1999) il faut se demander pourquoi la sociologie elle-même s’est souvent désintéressée des savoirs, notamment des savoirs scolaires. En fait de dialogue, il y a longtemps eu une sorte de « division du travail » en vertu de laquelle les sociologues ont été écartés ou se sont écartés eux-mêmes de la question des savoirs et des rationalités, se concentrant sur des relations ou des rapports sociaux cognitivement vides, ainsi que l’ont déploré Latour (1989), Passeron (1991), Young (1997) ou Granovetter (2000).

Le problème posé est la possibilité d’envisager le caractère socialement construit des savoirs sans pour autant en faire de purs arbitraires. Cette possibilité a varié, au cours du xxe siècle, avec la conception dominante de l’objet central de la sociologie (que l’on peut ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Losego, « Le social et le didactique : distance et rapprochement », Éducation et didactique, 10-3 | 2016, 67-76.

Référence électronique

Philippe Losego, « Le social et le didactique : distance et rapprochement », Éducation et didactique [En ligne], 10-3 | 2016, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://educationdidactique.revues.org/2571 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2571

Haut de page

Auteur

Philippe Losego

Haute École Pédagogique de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page