Navigation – Plan du site
Apprendre et faire apprendre : trois contributions

La cécité aux connaissances spécifiques

Blindness to the role of domain specific knowledge in skill formation
André Tricot et John Sweller
p. 9-26

Résumés

Les psychologues de l’éducation ont eu tendance, depuis la fin du xixe siècle, à négliger les connaissances spécifiques. Pourtant, ces dernières constituent un très bon candidat à l’explication de nos performances cognitives. Elles présentent aussi l’avantage d’intéresser certains didacticiens et de constituer un objet sur lequel psychologie et didactique pourraient parler de la même chose. Dans cet article, nous proposons d’examiner la longue histoire de la cécité de notre discipline, la psychologie cognitive de l’éducation, aux connaissances spécifiques. Nous montrons l’intérêt de cette notion, d’une part pour comprendre et élaborer des théories des situations d’apprentissage scolaire, et d’autre part, pour servir de base à l’ingénierie pédagogique (ou didactique). En conclusion, nous essayons d’expliquer pourquoi les connaissances spécifiques ont été négligées par la recherche en psychologie cognitive de l’éducation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Quelques preuves du peu d’intérêt pour les connaissances spécifiques dans l’étude des performances cognitives
Première étape du long chemin : la cécité aux connaissances spécifiques
Le problème de l’intelligence et des connaissances
Le problème de la capacité de la mémoire de travail et du développement cognitif
Les connaissances spécifiques et le développement cognitif
Deuxième étape du long chemin : reconnaissance des connaissances et de l’expertise
La nature de l’expertise des contrôleurs aériens
Pourquoi les maîtres d’échecs gagnent-ils ?
Généralisation du travail sur les échecs à d’autres domaines
La théorie de l’expertise
Troisième étape du long chemin : de la psychologie de l’expertise à l’éducation
Catégorisation et représentation des problèmes de physique par des experts et des novices
La théorie de la charge cognitive
Discussion

Aperçu du texte

Introduction

Une des difficultés de communication entre les spécialistes des apprentissages et ceux de l'enseignement réside dans le fait qu'ils ne s'intéressent pas souvent aux mêmes connaissances. Les psychologues de l'apprentissage ou de l’éducation travaillant dans une perspective cognitive se sont surtout intéressés aux connaissances générales et / ou non scolaires. Les spécialistes de l'enseignement se sont surtout intéressés aux savoirs institués et aux connaissances scolaires. Le concept de connaissance spécifique, c’est-à-dire une connaissance définie par sa nécessité à la réalisation d'une tâche, pourrait résoudre en partie ces difficultés. Il peut permettre de décrire, d'une même manière, ce qui est enseigné et ce qui est appris dans une situation d'enseignement - apprentissage. Ce concept pourrait donc contribuer à rendre possible l'étude interdisciplinaire des relation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Tricot et John Sweller, « La cécité aux connaissances spécifiques », Éducation et didactique, 10-1 | 2016, 9-26.

Référence électronique

André Tricot et John Sweller, « La cécité aux connaissances spécifiques », Éducation et didactique [En ligne], 10-1 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 19 août 2017. URL : http://educationdidactique.revues.org/2428 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2428

Haut de page

Auteurs

André Tricot

Professeur de psychologie à l’ESPE de Toulouse et directeur du Laboratoire Travail & Cognition (UMR CNRS, EPHE, université Toulouse 2)

John Sweller

Professeur émérite en psychologie de l’éducation à la School of Education, université de Nouvelle Galles du Sud, Sydney, Australie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page