Navigation – Plan du site

Faire écrire un récit étiologique au CM2

Du questionnement épistémologique à l’enchaînement problématique
Rosine Galluzzo-Dafflon
p. 9-25

Résumés

L’article s’intéresse à l’écriture d’un conte étiologique en CM2. Les dysfonctionnements apparus dans la mise en œuvre de la pratique d’écriture sont interrogés au regard du corpus des premiers jets des élèves. Leur analyse fait apparaître différents obstacles en lien avec une conception applicationniste du rapport théorie/pratique. A contrario, la communication envisage un processus de problématisation de la tâche d’écriture. D’écriture en réécriture, un enchaînement problématique permet le traitement des différents obstacles. Il induit la définition de critères de réalisation non seulement textuels et morphosyntaxiques mais génériques. Une conclusion provisoire est trouvée avec la mise à l’épreuve de ces hypothèses dans une nouvelle séquence didactique et les commentaires que les premiers jets à leur tour autorisent.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’observation d’une séance de français en CM2 : « écrire un court conte des origines »
Conte étiologique : la question du sens
Les données anthropologiques du récit étiologique : pertinence, motivation, mise en ordre
L’analyse des productions écrites des élèves de CM2 : pour un autre processus didactique
Une séquence alternative en classe de CM : un processus scriptural commandé par les critères du récit étiologique
Un avant-propos pour favoriser un « bain culturel » et libérer l’imaginaire
(Bien) poser le problème : la question de la pertinence
Construire le problème : invoquer une cause
Travailler les hypothèses : renforcer la motivation du récit
Éléments d’analyse : les enjeux de la réécriture…
Problématisation et motivation du récit étiologique

Aperçu du texte

Faire écrire un récit étiologique à l’école, voilà un objectif qui peut paraître ambitieux, même en classe de CM. Mais on se souvient que « les récits étiologiques rattachent le questionnement lancinant de l’enfant à l’humanité, l’ancrent et le valident. À la petite voix isolée viennent se joindre les voix qui de tous les temps se sont interrogées sur la création du monde, le rôle de l’homme, le sens de sa vie… Questions non triviales qui mobilisent encore aujourd’hui physiciens, biologistes… et philosophes » (Loiseau, 1992, p. 99). On suppose donc tout le parti qu’il est possible de tirer de l’étude de tels récits à l’école primaire. Afin de le rendre plus tangible, je prendrai d’abord pour objet d’analyse la mise en œuvre d’une séquence de français consacrée à ce genre, et plus particulièrement la séance d’écriture qui en constitue l’aboutissement. Pour comprendre les difficultés rencontrées dans la cond...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosine Galluzzo-Dafflon, « Faire écrire un récit étiologique au CM2 », Éducation et didactique, vol. 9, n°2 | 2015, 9-25.

Référence électronique

Rosine Galluzzo-Dafflon, « Faire écrire un récit étiologique au CM2 », Éducation et didactique [En ligne], vol. 9, n°2 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://educationdidactique.revues.org/2258 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2258

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page