Navigation – Plan du site

Les glissements conceptuels : un observable de secondarisation en classe élémentaire de grammaire

Conceptual shifts: an observable of secondarisation in elementary grammar class
Philippe Clauzard
p. 23-41

Résumés

La réussite de la tâche scolaire n’entraîne pas nécessairement une assimilation du savoir visé. Seule une tâche, impliquant une « secondarisation » permet de s’assurer que l’élève n’a pas seulement réussi la tâche, mais a effectué une vraie appropriation du savoir. Pour stimuler ce saut épistémique, l’enseignant dispose d’un moyen : mettre l’accent sur les « épisodes de glissement » qui font passer de la réussite à la conceptualisation. Nous développons cette idée dans une recherche sur la médiation grammaticale en école élémentaire qui souligne bien le glissement progressif de la langue outil vers la langue objet de compréhension de son fonctionnement

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Problématique
Cadre théorique
Une articulation entre didactique du français et didactique professionnelle pour entrer dans l’agir enseignant
Un appui sur des théories linguistiques comme outils d’analyses
Penser l’étude de la langue au sein de la didactique du français
La théorie de la secondarisation pour décoller de la matérialité du « faire »
Définition de l’épisode de glissement conceptuel
Méthodologie d’analyse d’un glissement conceptuel
Caractérisation d’un épisode de glissement conceptuel
Analyse de l’épisode
Discussion
Les formats d’apprentissage ne produisent pas tous invariablement du développement grammatical chez les élèves
Une clarification des attendus scolaires en grammaire est incontournable
La correspondance entre la réussite de la tâche scolaire et l’assimilation du concept n’est pas automatique. Une mise en débat avec les savoirs peut manquer
Le glissement conceptuel comme levier pour penser les objets d’apprentissage, comme levier pour une appropriation et intégration des savoirs aux ressources personnelles des élèves, en toutes disciplines
Conclusion en termes de formation

Aperçu du texte

Introduction

Ce texte cherche à analyser, avec le cadre théorique de la didactique professionnelle, l’activité d’enseignants qui font apprendre la grammaire à des élèves de l’école élémentaire. Nous considérons la classe comme le lieu d’une co-activité enseignant–élèves, qui s’effectue autour d’un objet médian, l’objet à apprendre, souvent inscrit dans le titre de la leçon.

On peut considérer la tâche scolaire, qui donne corps à l’activité d’apprentissage de l’élève, comme le point central de l’articulation triangulaire entre les pôles enseignant, élève et savoir. Cette tâche scolaire est fonctionnelle. À partir d’objectifs d’apprentissage précis, elle permet une planification du cours, une anticipation des difficultés cognitives, un phasage de la séance qui peut s’effectuer de manière cohérente et hiérarchisée, un processus de négociation et de co-activité avec les élèves. En ce sens, la t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Clauzard, « Les glissements conceptuels : un observable de secondarisation en classe élémentaire de grammaire », Éducation et didactique, 8-3 | 2014, 23-41.

Référence électronique

Philippe Clauzard, « Les glissements conceptuels : un observable de secondarisation en classe élémentaire de grammaire », Éducation et didactique [En ligne], 8-3 | décembre 2014, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://educationdidactique.revues.org/2051 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2051

Haut de page

Auteur

Philippe Clauzard

Laboratoire LCF I-care, EA 4549, université de la Réunion

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page