Navigation – Plan du site

Pratiques langagières et situation scolaire d’apprentissage : à propos d’un rapport complexe et résistant. Questions méthodologiques.

Language practices and educational situation of learning: about a complex and resistant relation. Methodological issues.
Catherine Souplet
p. 97-116

Résumés

Lorsque l’on s’intéresse à l’activité cognitive des élèves en situation d’apprentissage, le postulat d’un lien indissoluble entre «  processus langagiers et élaborations cognitives  » (Nonnon, 2008) ne saurait être mis en cause, mais reste difficile à caractériser, notamment face à un corpus de transcriptions d’échanges langagiers oraux. Il devient alors nécessaire d’élaborer un cadre méthodologique d’analyse permettant de mettre au jour ce rapport entre langage et processus d’appropriation de connaissances de la part de l’apprenant pour tenter de désenchevêtrer activité langagière, activité cognitive, apprentissage disciplinaire (ici, en histoire). C’est ce lent travail d’élaboration méthodologique qui est évoqué dans cet article, en suivant le cheminement chronologique de l’analyse des données recueillies. Il s’agit dans ce cadre de tenter de mettre en évidence les difficultés rencontrées et la manière dont il a fallu «  s’en arranger  » pour les dépasser, mais aussi ce que cela laisse entrevoir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Retour sur le cadre théorique
La didactique de l’histoire et l’hypothèse de la polyphasie cognitive
Les pratiques langagières
Élaboration méthodologique
Premier temps
Deuxième temps
Troisième temps
Temps décisif
Les flèches pour tenter de visualiser le dialogisme
Des observations mises en évidence
Des zones denses
Enfin des constats
Ce que laisse voir l’analyse des productions langagières
Vers une stabilisation méthodologique
Valeur heuristique de l’analyse de pratiques langagières
Pour conclure

Aperçu du texte

Dans le champ des didactiques, la prise en compte convergente de travaux d’origines diverses a contribué à mettre en évidence la place du langage dans tout processus d’apprentissage. S’intéresser à ces processus mobilisés par les élèves implique de prendre en compte les productions langagières en situation pour se pencher sur ce rapport entre langage et cognition, ce qui nécessite de s’attacher à identifier des composantes linguistiques et des éléments du discours qui peuvent éclairer le travail cognitif en cours de l’apprenant. Pour autant, dans l’ouvrage L’oral dans la classe (Grandaty, Turco, 2001) qui fait suite à une recherche INRP, quelques auteurs soulignent prudemment qu’il n’est pas possible d’établir une correspondance terme à terme entre opérations mentales et indicateurs linguistiques. Il convient donc de «  s’intéresser à des indices ténus, minuscules… se centrer sur les moments de rupture, d’hésitation, d’effort, autant que sur les réussites et les marques convergentes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Souplet, « Pratiques langagières et situation scolaire d’apprentissage : à propos d’un rapport complexe et résistant. Questions méthodologiques. », Éducation et didactique, n°1, vol.6 | 2012, 97-116.

Référence électronique

Catherine Souplet, « Pratiques langagières et situation scolaire d’apprentissage : à propos d’un rapport complexe et résistant. Questions méthodologiques. », Éducation et didactique [En ligne], n°1, vol.6 | 2012, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 20 avril 2014. URL : http://educationdidactique.revues.org/1310

Haut de page

Auteur

Catherine Souplet

Theodile CIREL, IUFM d’Amiens-Université Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page