Navigation – Plan du site

Construire des curriculums d’apprentissage en situation de travail. Quelle collaboration didactique entre écoles et entreprises dans les formations en alternance ?

University-corporate partnerships for designing workplace curriculums: the case of a French work-integrated training program in higher education
Laurent Veillard
p. 47-68

Résumés

Le développement de l’alternance, notamment dans l’enseignement supérieur depuis le début des années 90 en France, a contribué à redonner aux situations de travail un rôle important dans les dispositifs de formation professionnelle initiale. Ce développement pose la question de la pertinence d’un aménagement ou non des situations professionnelles des apprenants pour former. Si l’on convient qu’il possible d’intervenir sur les situations de travail afin d’améliorer l’apprentissage de jeunes novices, alors on peut aussi s’interroger sur le rôle que peut jouer l’institution de formation dans cet aménagement, en collaboration avec les institutions productives. Dans cet article, nous abordons la problématique de la construction de parcours ou curriculums d’apprentissage en situation de travail dans le cadre d’une collaboration entre une école d’ingénieur par alternance et les entreprises partenaires de cette formation. La littérature anglo-saxonne (Workplace/ Workbased Learning) et francophone (didactique professionnelle) sur l’apprentissage au travail est mobilisée pour élaborer un cadre d’analyse permettant d’interpréter deux études de cas de parcours d’apprenti-ingénieurs en situation de travail. Ces deux cas illustrent les écarts potentiels entre le curriculum prescrit, tel qu’il est défini par l’école pour tous les apprentis, le curriculum mis en œuvre dans des contextes industriels spécifiques par les tuteurs en charge de l’encadrement d’un apprenti, et le curriculum expérimenté par ce dernier. Ces écarts peuvent s’interpréter par les spécificités de l’apprentissage en situation de travail. La prise en compte de ces spécificités n’invalide pas les tentatives de mise en place d’un cadre général définissant les grandes lignes du curriculum d’apprentissage en entreprise mais nécessite un travail d’ingénierie didactique locale entre les tuteurs qui encadrent l’apprenti.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Des prescriptions aux effets incertains dans une école d’ingénieurs par apprentissage
L’organisation du parcours d’apprentissage en entreprise prescrite par l’école
Deux études de cas
Première étude de cas : conformité du curriculum effectif au curriculum prescrit
Deuxième étude de cas : une faible prise en compte des prescriptions
Des écarts différents entre curriculum prescrit, mise en œuvre et réel
Quelques traits caractéristiques de l’apprentissage en situation de travail
Situation, activité et apprentissage
Trajectoires d’apprentissage dans des groupes et structures sociales
Guidage par des plus expérimentés
Retour sur les études de cas
Proposition d’un modèle théorique
Interprétation des écarts entre niveaux de curriculum
Le curriculum prescrit
Les curriculums mis en œuvre
Le curriculum réel
Conclusion : quelques repères pour la construction de curriculums d’apprentissage situés

Aperçu du texte

L’idée d’une complémentarité des apprentissages en contextes scolaire et professionnel est maintenant reconnue en France dans la plupart des formations professionnelles, y compris dans l’enseignement supérieur. Dans toute formation à visée professionnalisante, il est rare de ne pas trouver des stages, d’une durée conséquente (au moins un mois). Les formations organisées en alternance vont plus loin en posant le principe d’une durée à peu près égale des temps de présence à l’école ou en centre de formation et en situation professionnelle. La contribution de l’évaluation de l’activité de l’apprenant en situation de travail est également beaucoup plus significative pour l’obtention du diplôme. Les allers et retours réguliers entre les deux contextes d’apprentissage renforcent a priori les possibilités de reprise réflexive de l’activité professionnelle ou encore d’aide au transfert de connaissances et d’expériences d’un contexte à l’autre (Geay, 2000 ; Lerbet, 1993). Dans notre pays, la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Veillard, « Construire des curriculums d’apprentissage en situation de travail. Quelle collaboration didactique entre écoles et entreprises dans les formations en alternance ? », Éducation et didactique, n°1, vol.6 | 2012, 47-68.

Référence électronique

Laurent Veillard, « Construire des curriculums d’apprentissage en situation de travail. Quelle collaboration didactique entre écoles et entreprises dans les formations en alternance ? », Éducation et didactique [En ligne], n°1, vol.6 | 2012, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 30 août 2014. URL : http://educationdidactique.revues.org/1294

Haut de page

Auteur

Laurent Veillard

ICAR, ENS de Lyon — Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page